Chargement ...

Inspirations et escapades
aux quatre coins du Loiret

Riche de grands monuments, de hauts lieux culturels et artistiques, de témoignages majeurs de l’Histoire, le Loiret abrite d’autres trésors moins connus, mais tout aussi précieux par leur authenticité et leurs charmes, leurs liens forts à la mémoire collective : petites églises et chapelles, croix et oratoires, fontaines et lavoirs, moulins à vent et moulins à eau, tours et pigeonniers, manoirs et châteaux oubliés, vieux logis à pans de bois et maisons vigneronnes, halles et pressoirs, fermes et granges, écluses et canaux, tuileries et châteaux d’eau, monuments commémoratifs…

Autant de petits trésors à (re)découvrir aux quatre coins du Loiret, de terroir en terroir, de village en village, au fil d’itinéraires hors des sentiers battus, loin des tumultes de la vie moderne. Et pour lever le voile sur les secrets de ce patrimoine pas comme les autres, pour en mieux comprendre le sens et la valeur, de beaux panneaux en pierre de lave émaillée signalent chaque site et en donnent les clés : ils racontent l’histoire toujours singulière du bâti, son architecture, ses usages, les traditions et les savoir-faire qui y sont liés, sans oublier une foule d’anecdotes et de détails insolites. Le Loiret, amoureux de son patrimoine sous toutes ses formes, n’en aura jamais fini de vous captiver, de vous surprendre, de vous émouvoir…

La pierre, l’eau, la brique, le vent, le sacré, le souvenir sont autant de mots de passe pour des promenades buissonnières.
Autant de clés d’entrée originales pour découvrir cette richesse multiforme qui occupe, aujourd’hui plus que jamais, une place importante dans nos mémoires et nos quêtes d’authenticité. Autant d’invitations à une véritable chasse aux « petits » trésors méconnus, parfois insolites, toujours émouvants,
en furetant aux quatre coins du Loiret par les chemins de campagne.

Mémoire des pierres

Les calcaires de Beauceles silex du Gâtinais, Puisaye et Berry sont les matériaux du bâti de nos campagnes : extrait de carrières autrefois nombreuses, le calcaire de Beauce est surtout utilisé en moellons apparents, tandis que les plus petites pierres et les silex sont noyés dans le mortier et systématiquement couverts d’un enduit.
La pierre de taille sert aux ouvertures et aux chaînages d’angle ; lorsqu’elle est utilisée seule, elle est réservée aux édifices de prestige, églises et demeures seigneuriales.
Ces types de maçonneries vernaculaires se retrouvent dans tout le bâti rural du Loiret : maisons paysannes, de mariniers ou de vignerons, fermes, granges, puits, colombiers ou pigeonniers. Dans les bourgs, les anciennes halles aux lourds piliers de pierre témoignent quant à elles de l'activité agricole et commerciale prospère depuis des siècles.

 

La brique et le pan de bois

Sologne, forêt d’Orléans : paysages boisés aux sols argilo-sableux où la pierre à bâtir est quasi absente. L'argile et le bois présents sur place ont donc été utilisés.
A côté de l’argile crue utilisée pour les torchis, la terre cuite est produite dès le Moyen-Âge. Réservée au départ aux châteaux et dépendances, aux cheminées et aux fours à pain, la brique deviendra un matériau de construction à part entière.
Les villages de brique, en camaïeux de rouge, d’orangé et de rose, sont une des caractéristiques de la Sologne ou de la forêt d’Orléans. De cette ancienne industrie, il reste d’importants témoignages de tuileries, de fours et de séchoirs.

 

Le fil de l’eau

Dans le Loiret, l’eau est reine, même si parfois elle poursuit son chemin invisible pour rejaillir en de mystérieuses sources et résurgences. Ces eaux qui constituent une richesse écologique sans pareil, ont été, au cours du temps, utilisées par l’homme dans ses activités les plus diverses. 
Les puits, les lavoirs et les fontaines entourées de légendes se retrouvent jusque dans les endroits les plus reculés. Les moulins à eau et leurs installations hydrauliques, les ponts et les passerelles enjambant les cours d’eau, les anciens châteaux d’eau et les citernes témoignent de l’ingéniosité et des savoir-faire nécessaires pour maîtriser et utiliser les précieuses ressources de l’eau.
Au fil de la Loire et des canaux, de très nombreux souvenirs d’une activité marinière millénaire qui composent un patrimoine fascinant notamment composé d’écluses, déversoirs, ponts, ponts-canaux, système d’alimentation en eau, maisons éclusières.

 

Terres du vent

Sentinelles des paysages de Beauce et du Val de Loire, les moulins à vent se comptaient autrefois par centaines dans le Loiret, assurant le pain quotidien des populations. Symboles des riches terres céréalières loirétaines considérées comme le « grenier à blé » de la France, ils se sont implantés dès le Moyen-Âge en rase campagne ou au sommet d’un coteau et se sont multipliés rapidement, jusqu’à ce que, à la fin du XIXe siècle, l’industrialisation les fasse disparaître.

Les derniers moulins du Loiret, sauvés de la ruine par des passionnés qui les font vivre, racontent une longue histoire et témoignent de techniques, de traditions et de savoir-faire bien spécifiques qu’il est essentiel de préserver pour leur irremplaçable valeur patrimoniale.

 

 

Lieux de mémoire

L’important patrimoine commémoratif du Loiret, destiné à conserver et transmettre la mémoire, est très présent dans le paysage communal : monuments aux morts, plaques et tableaux commémoratifs, chapelles et cryptes dédiées aux soldats tombés au champ d’honneur, vitraux, colonnes, stèles ; cénotaphes et tombes… Tous ces lieux de mémoire, qu’ils soient modestes ou imposants, qu’ils soient l’œuvre d’artisans anonymes ou d’artistes connus, sont toujours chargés d’émotion et donnent une vivante leçon d’histoire, à la fois locale et nationale, essentielle pour les générations futures.

Témoins des deux guerres mondiales, les monuments commémoratifs retracent, dans le Loiret plus particulièrement un épisode moins connu, celui de la guerre franco-allemande de 1870-71.

 

Une terre d’art sacré

Héritage d’une tradition religieuse millénaire, le petit patrimoine religieux est omniprésent dans le Loiret et réserve de belles surprises à ceux qui savent faire halte pour y prêter attention.
Eglises de village, chapelles, clochers, flèches et clochetons, statues et vitraux, cloches et orgues, croix et calvaires, oratoires, niches et reposoirs, fontaines sacrées, anciens cimetières, sans oublier les temples protestants… chacun de ces éléments du patrimoine, prestigieux ou modeste, rustique ou raffiné, est là pour nous raconter une belle histoire remontant loin dans le temps. L’un des éléments les plus emblématiques des églises de campagne loirétaines est le « caquetoire », porche de pierre ou de bois en forme de galerie s’ouvrant par une série d’arcatures, couvert d’un auvent et placé au-devant de l’entrée. Si les plus anciens datent du Moyen-Âge, leur construction a perduré jusqu’au XIXe siècle.

 



160 résultats

Toutes les pépites