#LoiretVous
Châtillon-sur-Loire © Christophe Lörsch

Les 7 territoires
du Loiret

Le Loiret ?
C’est le Val de Loire aux portes de l’Ile de France, entre Touraine et Bourgogne, avec Orléans comme capitale.
120 km de val fertile sur la route des Châteaux de la Loire, classée au Patrimoine mondial par l’UNESCO.

Mais c’est aussi bien plus que ça : un bout de la Beauce, du Gâtinais, de la Puisaye, du Berry, de la Sologne et la forêt d’Orléans dans sa totalité ! Une variété de paysages qui évite la monotonie !
Petit tour d’horizon du Loiret en sept Pays…

Orléans et son agglomération

A cheval sur la Loire, là où elle décrit sa grande courbe avant de piquer vers l’Atlantique, l’agglomération d’Orléans (280.000 habitants) s’étire de la Beauce et de la Forêt d’Orléans au nord, jusqu’à la Sologne qu’elle grignote allègrement au sud. Le tout bien desservi par deux gares (Orléans centre et Les Aubrais) et tout un réseau de tram et de bus qui facilitent les déplacements.

N’en déplaise nos voisins tourangeaux, Orléans est la capitale de la Région Centre Val de Loire, même si Orléans et Tours sont désormais plus complémentaires que rivales !
C’est une métropole dynamique qui n’hésite pas à mixer création et tradition dans sa programmation culturelle et festive (Scène nationale, centre chorégraphique, festival de Loire, fêtes de Jeanne d’Arc, Jazz…)

Intra-muros, Orléans est une ville à taille humaine qui cultive l’art de vivre comme ses jardins. Elle fait la part belle aux piétons, de places en rues commerçantes jusqu’aux quais de Loire, en passant par les quartiers historiques. Labellisée “Ville d’Art et d’Histoire”, elle peut être fière de son patrimoine : l’incontournable Jeanne d’Arc bien sûr, la cathédrale, un somptueux Hôtel de Ville (Hôtel Groslot) parmi de nombreux hôtels Renaissance, des maisons à pan de bois qui ont retrouvé leurs couleurs, mais aussi un très riche musée des Beaux-Art ou un FRAC dédié à l’architecture...

Pays Loire-Beauce

La partie de la Beauce la plus proche d’Orléans, la “petite Beauce”, s’étire vers l’ouest jusqu’au Val de Loire. Les champs de blé, colza, tournesol, autour de Artenay, Patay, s’étendent à perte de vue, juste ponctués de-ci, de-là par un clocher, un moulin, une éolienne... ou une tour relais de télégraphe aérien. Celle de Baccon, l’une des dernières encore debout aujourd’hui, permettait au début du 19ème siècle, d’envoyer des messages codés visibles à travers la plaine : l'ancêtre d’Internet !

En Beauce, le ciel est un vrai spectacle. Les levers et couchers de soleils sont somptueux et font chatoyer les paysages : avis aux peintres et aux poètes !
Dans le val, la nappe phréatique de Beauce donne naissance à de curieuses résurgences : les Eaux Bleues qui bouillonnent à Tavers ou les rivières des Mauves qui serpentent paisiblement autour et à travers Meung-sur-Loire, ancienne ville de meuniers. Ces petites rivières canalisées par les moines au Moyen âge sont prétextes à de jolies balades au départ de Meung-Sur-Loire jusqu’au Parc Départemental des Mauves ou à l’arboretum des Prés des Culands.

Cette partie du Val de Loire, entre Orléans et Blois, vous réserve quelques unes de ses plus belles étapes : à Meung-sur-Loire, les évêques d’Orléans résidaient dans l’un des plus grands château de la Loire, et à Beaugency, vous avez rendez-vous avec Dunois, compagnon d’armes de Jeanne d’Arc, en son logis.

Pays Beauce Gâtinais en Pithiverais

Le nord Loiret, entre forêt de Fontainebleau et forêt d’Orléans, est un territoire discret qui ne demande qu’à dévoiler ses charmes ! Le plateau de Beauce ou rivalisent blé, betterave, mais aussi orge et safran, se met à onduler et se creuse soudain de vallées verdoyantes. La Juine surprend par ses cressonnières. L’Oeuf afflue de l’Essonne, alimente les douves du château de Chamerolles avant de musarder au pied de Pithiviers. La  forteresse de Yèvre-le-châtel, au coeur d’un des “plus beaux villages de France”, surplombe quand à elle la Rimarde avant qu’elle ne devienne Essonne.

De Pithiviers à Malesherbes, la vallée de l’Essonne, en partie classée « espace naturel protégé », fait le bonheur des randonneurs qui aimeront aussi les villages pittoresques, manoirs et moulins. Ne partez pas sans une halte à Pithiviers, bien à l’abri dans ses mails, goûter le fameux Pithiviers fondant, ou le pain d’épice, autre spécialité historique de la ville.

Pays Gâtinais

Montargis « La Venise du Gâtinais » mérite bien son surnom : 131 ponts et passerelles sont prétextes à une jolie balade pour découvrir le quartier de la pêcherie, des tanneurs, le jardin de l’Hôtel Durzy, la rue dorée...sans oublier, of course, la célèbre Prasline ! Dans le montargois, comme dans tout le gâtinais, l’eau n’est jamais loin. Les trois canaux du Loing, de Briare et d’Orléans convergent vers Montargis. Les lacs de Cepoy, de Châlette, les étangs de Cercanceaux, les vallées de la Cléry ou de l’Ouanne, sont autant d’idées d’escapades, que vous soyez amateur de navigation, de baignade, de pêche ou de randonnée !

La Maison de la Nature et de l’Eau à Châlette-sur-Loing, comme la Maison de la Forêt à Paucourt répondront aux questions des plus curieux. Dans cette campagne verdoyante de l’est du Loiret, les cités chargées d’histoire de Ferrières, Châtillon-Coligny, Lorris… méritent toutes que l’on s’y arrête. On aime les artisans d’art à Ferrières, l’art contemporain à Amilly, les roses à Bellegarde, les arbres rares à Nogent, sans oublier le miel, le safran et le cidre qui font la notoriété du Gâtinais !

Pays du Giennois

Qui dit Giennois, dit côteaux et c’est effectivement une des caractéristiques du sud-est du Loiret, aux portes de la Bourgogne et du Berry. Sur le côteau et les terrasses de Gien, mais aussi de Briare à Beaulieu-sur-Loire, des viticulteurs passionnés proposent de goûter leurs vins fruités, AOC depuis 1998. N'hésitez pas à le marier avec un crottin de Chavignol. ça tombe bien, sa zone d’appellation effleure le sud du Giennois, côté Berry. Mais il n’y a pas que le Chavignol et un tour sur les marchés locaux vous prouveront la variété des productions locales.

Le Pays est riche en patrimoine architectural et naturel, étonnant par sa diversité. Certains châteaux (Gien, Saint Brisson) se dressent de part et d’autre de la Loire pour ouvrir la route des châteaux de la Loire. D’autres (La Bussière, Pont-Chevron) jouent avec les étangs en Puisaye. Mais le plus étonnant dans le Giennois, reste le patrimoine du 19ème siècle lié à la présence des canaux : le spectaculaire pont-canal de Briare enjambe la Loire sur plus de 600 m, les émaux de Briare et la faïencerie de Gien, toujours actifs vous présentent leurs plus belles collections.
Et pourquoi ne pas louer un bateau auprès d’une des haltes fluviales ? Pour une journée ou un week-end, c’est encore la meilleure façon de découvrir le Giennois !

Pays Forêt d’Orléans Val de Loire

C’est le coeur du Loiret : le Val de Loire de l’Orléanais au Giennois et la Forêt d’Orléans, seule région naturelle entièrement dans le Loiret !
La Loire, assez rectiligne dans son ensemble, ondule ici en de vastes méandres et vous offre du côté du village de Guilly ou de l’abbaye de Saint Benoît-sur-Loire quelque-uns de ses plus beaux paysages. A pied, à vélo, en canoë ou sur un bateau traditionnel de Loire, à vous de choisir la meilleure façon de les découvrir ! On remonte le temps jusqu’à Charlemagne à l’oratoire de Germigny, ou jusqu’aux Vikings au Musée de la Marine de Loire de Châteauneuf, sans oublier de s’amuser au Musée du Cirque et de l’Illusion de Dampierre.

La Forêt d’Orléans, incontestablement l’un des plus beaux massifs forestiers français, décrit un vaste croissant au nord et à l’est de la Loire. C’est la plus grande forêt domaniale de France (35 000 ha), partagée en trois massifs (Orléans, Ingrannes et Lorris) sillonnés d’allées cavalières. Le canal d’Orléans, en partie navigable, la traverse de part en part.
Les étangs qui l’alimentent sont aujourd’hui des bases de loisirs rafraîchissantes au coeur de la forêt. Autrefois refuge des populations et des  résistants (les musées de Loury et de Lorris retracent Histoire et légendes de la forêt), la forêt d’Orléans est aujourd’hui le paradis des amoureux de nature et d’activités de plein air.

Pays Sologne Val Sud

Rive sud, de la basilique royale de Cléry-Saint-André au château de Sully-sur-Loire, les vignobles, pépinières et cultures maraîchères laissent place à la Sologne. Pins, landes à bruyères, chemins sableux et étangs en chapelets, la Sologne possède une beauté envoûtante et cultive le mystère.

Et dire que personne n’en voulait ! A la création des départements au 18ème siècle, c’était une région marécageuse qui a été partagée en trois départements. Napoléon III a lancé la mode des domaines de chasse, favorisée par l’arrivée du chemin de fer et le percement d’axes rectilignes.

N’allez pourtant pas croire que la Sologne est réservée à une élite : elle ouvre grands ses chemins de randonnée, dont le GR3C qui relie Gien à Chambord en flirtant avec la rivière du Cosson.

Un bon plan pour les balades en famille : le domaine du Ciran à Ménestreau-en Villette est un ancien domaine de chasse transformé en conservatoire de la faune sauvage de Sologne : un concentré de Sologne sur 300 ha !

Idéal en famille également, le château de La Ferté-Saint-Aubin, l’un des rares du 17ème siècle, propose une visite ludique qui se termine dans les cuisines voûtées. Si vous êtes sages, la cuisinière vous proposera ses madeleines au miel… de Sologne bien sûr !