Chargement ...
Lavoir © H.Simon

Saint-Gondon : Guide de voyage, activités et lieux à découvrir

Saint-Gondon est un village labellisé “Village de Caractère”,  à seulement 10 km de Gien. Il possède un riche patrimoine architectural, dominé par les ruines de son donjon du XIe siècle installé sur une motte. Aujourd’hui, le village a conservé un certain dynamisme grâce à son commerce, en particulier pour les célébrissimes andouilles Touchard. Thierry Touchard est entré au livre des Records pour avoir fabriqué la plus longue andouille du monde. La commune possède un commerce labellisé Loiret Pause. Elle est d'ailleurs sur le parcours de la Loire à Vélo et la véloroute de la Scandibérique.

A l’écart du bourg, au bout du chemin dit des Pierres Longues, se dresse le menhir des Pierres Longues, remontant au Néolithique, qui rappelle l’importance stratégique du site dès l’époque gauloise. En effet, le cours de la Quiaulne marquait la frontière entre le domaine des Carnutes (Orléanais) et les Bituriges (Berry). Il mesure 1,85 m de hauteur et 1,50 m de largeur.

Ruines du donjon de la Motte © Conservation départementale du Loiret
Ruines du donjon de la Motte © Conservation départementale du Loiret

Une ancienne ville fortifiée

Dominé par les ruines de son donjon du XIe siècle, installé sur une motte, c’était à l’époque féodale une ville fortifiée, entouré de puissantes murailles, dont témoignent encore d’intéressants vestiges, dont l’ancienne porte de l’enclos du prieuré appelée Portail aux moines. Cette motte, mentionnée dans les textes dès le IXe siècle, s'élève sur 12 mètres de hauteur sur une base de 40 mètres. Le donjon remonte au XIe siècle et comportait deux étages où se situaient l'habitation du seigneur et de sa famille.

A l’abri de cette enceinte, le prieuré, dont les origines remontent au IXe siècle, a été la propriété des moines de Saint-Florent du Mont-Glonne en Anjou puis des bénédictins d'Angers. Doté de nombreuses terres et biens divers, il connaît une longue période de prospérité jusqu’aux guerres de Religion. A la fin du XVe siècle la maison du prieur est reconstruite. On peut toujours l'admirer, avec au centre de la façade, une tourelle d’escalier polygonale en brique et en pierre au décor losangé. A côté du prieuré, une belle grange dîmière a longtemps servi d’abri pour le bétail lors des inondations des fermes situées en bord de Loire. Restaurée par la Municipalité, elle accueille aujourd'hui des manifestations et des expositions.

L’église de Saint-Gondon, érigée au XIe siècle, constitue un témoin de l’architecture du premier art roman de la Vallée de la Loire, précédant l’abbaye de Fleury à Saint-Benoît-sur-Loire. L’édifice fut un lieu de pèlerinage pouvant accueillir environ 500 pèlerins. La clocher de 1865 domine la campagne environnante et abrite deux cloches. A l’intérieur, elle dispose des reliques de Saint Gondon, enterrées dans le chœur. A l’origine, elle était consacrée à la Vierge Marie, elle était appelée Mater Miserocardarium, soit Notre-Dame-de-Pitié. C’était initialement la chapelle du prieuré, comme en témoignent la puissante et savante ordonnance du chœur et le chevet à trois absides.

Entre les lieux-dits L’Ormet et les Bordelets, le long de la Loire, il y avait une petite installation portuaire dont restent aujourd’hui deux cales : une cale-abreuvoir simple à l'Ormet et une cale-abreuvoir double à tablier haut aux Bordelets. C’était l’embarcadère d’un bac permettant de traverser la Loire et de débarquer en face à Arcole, commune de Nevoy. Il a été utilisé jusque dans les années 1930.

Le saviez-vous ?

Au bord de la Quiaulne, au lieu-dit les Moulins, deux charmants petits édifices en brique signalent une fontaine qui était déjà vénérée à l’époque gallo-romaine. Selon la légende,  lorsqu’on transporta pour l’inhumer dans l’église le corps de saint Gondon, qui vivait en ermite non loin de là, sur un char tiré par un cheval et une vache, cette dernière s’arrêta au bord de la Quiaulne et frappa le sol de son sabot, faisant jaillir une source. Depuis, ce lieu est connu comme la Fontaine du Bon saint Gondon. Ces eaux avaient, croyait-on, des vertus curatives souveraines. Le jour de la fête patronale du 17 juin, ce lieu attirait une foule de pèlerins. C’est au Xe siècle que le village, qui s’appelait jusqu’alors Nobiliacus, prit le nom de Saint-Gondon, en hommage au saint ermite dont l’église abritait les reliques.

Fontaine et Statue du Bon Saint-Gondon © Conservation départementale du Loiret

Fontaine et Statue du Bon Saint-Gondon © Conservation départementale du Loiret

Lavoir © H.Simon

Lavoir © H.Simon

Rivière © H.Simon

Rivière © H.Simon

La rivière de la Quiaulne a conservé ses deux très anciens moulins banaux, c’est-à-dire appartenant au seigneur et que les habitants étaient obligés d’utiliser contre un impôt versé au seigneur. Le Moulin de la Ville existait déjà au XVIe siècle. En effet, lorsque Maximilien de Béthune racheta la baronnie de Sully-sur-Loire, dont Saint-Gondon faisait partie, il le restaura à grands frais. Sur la Quiaulne se trouvaient trois lavoirs publics ainsi que plusieurs lavoirs privés. Celui du pont Janson était le plus important et le plus fréquenté. Le lavoir du Moulin d’En-Bas a lui aussi été restauré. Quant au lavoir qui se trouve à côté de la fontaine du Bon Saint-Gondon, il était autrefois très fréquenté l’hiver car l’eau de la source était moins froide que celle de la rivière.

Saint-Gondon était autrefois une terre de vignobles et les vignerons représentaient la majeure partie de la population. Dès le Moyen-Âge, le seigneur de Sully y entretenait un vignoble dont les vins approvisionnaient sa cave et sa table. La crise du phylloxéra à la fin du XIXe siècle avait fait disparaître une partie des vignes mais l’activité viticole s’était tout de même maintenue jusque pendant l’entre-deux-guerres. Et Saint Vincent, patron des vignerons, y a été fêté joyeusement pendant des siècles. On peut admirer une statue de Saint Vincent abritée dans une petite construction de brique sur la route de Gien.

Aux alentours de Saint-Gondon...

Le territoire du Val de Loire, reconnu au patrimoine mondial de l’UNESCO, s’étend sur une portion importante de la vallée de la Loire, et recouvre 9 départements dont le Loiret. Il est connu pour être une région naturelle, mais aussi pour ses villes et villages riches en patrimoines et en activités tels qu’Orléans, Blois et Angers. Le Val de Loire est marqué par la construction de nombreux châteaux avec le château de Saint-Brisson-sur-Loire et le château-musée de Gien.

A seulement 15 km, Sully-sur-Loire est une charmante cité en bord de Loire, dont l'origine remonte à l'époque gallo-romaine. Malgré sa destruction presque totale durant la seconde guerre mondiale, elle a su garder debout quelques vestiges. L'imposante architecture médiévale du château de Sully-sur-Loire avec ses hautes tours domine la Loire ! C'est l'ancienne demeure du célèbre duc de Sully, ministre d'Henri IV, il va rester durant quatre siècles dans la même famille.

Aux alentours, nous vous conseillons de visiter : le village d'Autry-le-Châtel, l'Espace Helyett et le musée de la Faïencerie de Gien.

Comment s'y rendre ?

En voiture : D 951
En bus : Cars REMI au départ de Gien, Pierrefitte-ès-Bois, Neuvy-en-Sullias et Viglain
En train : Arrivé en Gare de Gien et après prendre un Car REMI pour accéder à Saint-Gondon

information :

Mairie :
10 Route de Gien
45500 Saint-Gondon
02 38 36 90 76
mairie-st.gondon@wanadoo.fr
saintgondon.com
 

Office de tourisme de Gien :
www.gien-tourisme.fr